Galerie Metropolis

Galerie-Metropolis-Ori-Levin-gravity
///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Galerie Metropolis
16 rue de Montmorency, 75003 Paris
Tel : 01 42 74 64 17
galeriemetropolis.com
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Dans le cadre de l’exposition « Girls : En équilibre sur la pointe de l’instant »
X

Ori LEVIN

Continuity – Gravity, 2015.
Vidéo muette, 3 min 30 s, en boucle.
Installation murale en 3 tableaux animés + objets réels.

Continuity – Ne me quitte pas, 2015.
Vidéo sonore, 1 min 30 s, en boucle.
Installation murale en 3 tableaux animés encadrés « vert Ori ».

Ori Levin créé des objets qui sont le support et l’œuvre. La vidéo perd son immatérialité pour s’incarner dans des tableaux animés. Se référant à l’extravagante magie du cinéma muet, Ori Levin fait le grand écart entre la mécanique burlesque de Buster Keaton et la technologie du XXIe siècle.

Ori Levin est née en 1982. Elle vit et travaille à Tel Aviv, Israel.

Ori Levin explique son travail magique dans Tracks Magazine TV du 23 mai 2015,
interview à suivre sur : http://tracks.arte.tv/fr/lillusion-doptique-bas-cout

En savoir plus sur : http://galeriemetropolis.com/artists/ori-levin/


x
larenardiere_yasmina

Yasmina  BENABDERRAHMANE

La renardière, film super 8 et 16mm couleur numérisé, 14 min 29 s, 2016.
Courtesy de l’artiste / Production Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains.

Après plus de vingt-cinq ans d’union, « Gigi » a fuit à l’âge de quarante-cinq ans son mari d’origine algérienne. Ils ont tous deux dirigé des bars discothèque en Europe ainsi qu’un « Hôtel de passe » à Aachen. Ma grand-mère paternelle, que j’ai rencontré pour la première fois à vingt-trois ans, a toujours été une énigme pour moi. Originaire du Nord-Pas-de-Calais depuis plusieurs générations, elle vit aujourd’hui dans la banlieue Lilloise.
Gigi, la voix rauque et asthmatique, morcelée en souffle continu et en mots – ponctue des films tourné-monté en super 8 et en 16mm. La renardière dévoile des fragments d’images pour des fragments de vies.

L’image, le grain. La pellicule réagit comme la chair : ça souffre, ça vit, ça se travaille, ça se retravaille, ça s’en prend plein la gueule. Un corps torturé volontairement ou accidentellement. Un corps interdit et passionnel en devient pernicieux, presque blasphématoire. Cette dichotomie entre le corps pudique et le corps publique est source d’étonnement et de fascination. Un catalogue de vie que je dissèque comme un corps, morceau par morceau, une suite d’images en matière. Un catalogue de vie que j’énumère métaphoriquement, en liste descriptive, comme le ferait un enquêteur impliqué, subjectif et touché. (Y.B.)

Yasmina Benabderrahmane est née en 1983, vit et travaille au Pré-Saint-Gervais.



Les commentaires sont fermés.