////// Dimanche 14 juin 2015 de 14h à 19h //////
Programmation et galeries participantes ci-dessous:

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Galerie Charlot / Zaven Paré

Galerie Charlot, 47 rue Charlot, 75003 Paris.
Tel:01 42 76 02 67
www.galeriecharlot.com

Charlot

Marionnette cathodique
Installation vidéo
Métal, câbles, téléviseurs, régie et lecteur de DVD
Pièce unique, 50 x 50 x 50 cm, 2007.

Scipion et Berganza 3.0
Installation audiovisuelle
Bois et métal, pièce unique, 2015.

Il est impossible de classer le travail de Zaven Paré dans des catégories connues : un néologisme, une nouvelle discipline, un nouveau champ d’étude serait nécessaire mais toujours limitatif. Son travail se situe au croisement de suggestions, de réflexions et d’interrogations : il s’agit d’une approche holistique de la vie au travers de l’art et vice-versa.
Les œuvres de Zaven Paré s’inspirent de la littérature et du théâtre ainsi que de réflexions philosophiques et anthropologiques. Les études plus récentes sur la robotique et la science comportementale viennent enrichir ce travail. Sa production semblerait répondre favorablement aux interrogations de l’animisme technologique, l’idée selon laquelle les machines auraient une âme ou seraient dotées d’une vie propre.
Zaven Paré construit un univers singulier. Ses œuvres dialoguent avec celles des réalisateurs Georges Meliès et Terry Gilliam, ainsi qu’avec les animations de William Kentridge et les marionnettes mécaniques de Jan Švankmajer.
Les recherches de Zaven Paré sont au creux de l’Uncanny Valley (la Vallée de l’inquiétante étrangeté), la théorie développée par le roboticien Masahiro Mori en 1970. Selon cette théorie, plus une marionnette ou un robot nous ressemblent, plus notre réponse émotionnelle à leur égard risquerait d’être négative. Lorsque certaines créatures atteignent un trop grand degré de ressemblance, un brusque sentiment de répulsion se produit.
Dans un jeu artistique d’emprunt, de déconstruction et reconstruction, de récupération et d’hybridation, Zaven Paré assemble des matériaux simples avec les technologies les plus avancées. La sophistication et la complexité de la technique contrastent avec l’aspect matériel souvent «brut de décoffrage», et nous interrogent quant à l’âme des objets.
Valentina Peri

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Galerie Dix9 / Marco Godoy

Galerie Dix9, 19 Rue des Filles du Calvaire, 75003 Paris.
Tel : 01 42 78 91 77
www.galeriedix9.com

Marco Godoy

Marco Godoy, Claiming the echo, 2012.
video HD 16:9
5’25

« Claiming the echo » a reçu le Prix d’honneur de LOOP Discovery 2015

Solfónica est une  chorale née du mouvement 15M (dans le contexte du Occupy mouvement de Madrid du 15 mai 2011), qui chante  pendant les manifestions. Dans la video Claiming the Eco  de Marco Godoy, ce collectif se réunit dans un théâtre vide où, à partir des partitions de Henry Purcell, sont chantées quelques unes des consignes politiques nées en Espagne au début de la crise économique de 2008. Les chansons écrites pour cette pièce artistique ont été incorporées dans le répertoire de La Solfónica, et maintenant sont chantées dans les rues pendant les manifestions.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Galerie POLARIS / Nigel Rolfe

Galerie Polaris, 15 rue des Arquebusier, 75003 PARIS.
Tel: +33 1 42 72 21 27
www.galeriepolaris.com

Nigel Rolfe, Into the mire, 2012.

Nigel Rolfe, "Into the Mire", 2012, © Galerie Polaris

Nigel Rolfe, « Into the Mire », 2012, © Galerie Polaris

Après les premières performances réalisées par Nigel Rolfe dans les années 70 (qu’il nommait alors sculptures in motion) après ses premières vidéos tournées également à la fin des années 70, et les premières performances réalisées pour être photographiées dans les années 80, Nigel Rolfe présente plus de 30 ans plus tard, à la galerie Polaris du 16 mai au 23 juin, une rétrospective des différentes périodes de son travail de performer de 1978 à 2015.
De l’exploration du corps comme lieu de création, à l’utilisation violente de celui-ci comme objet-outil de manifeste, et de provocation, Nigel Rolfe nous convoque par ses actions à réfléchir sur les problèmes politiques et sociaux de son/notre époque : l’agression féminin-masculin (vidéo Dance Slap), la mort la guerre (Drum), la censure (Hand on face), l’identité irlandaise (Island Stories). Nigel Rolfe (né à l’Ile de Wight en 1950) a décidé de s’installer en Irlande dès le début de sa carrière artistique.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Galerie See Studio / Ana Vega

Galerie See Studio, 7 rue Saint-Claude, 75003 Paris.
Tel : 0 9 83 02 52 93
www.galerieseestudio.fr

Ana Vega

Ana Vega, 3 Shades (She blue, red, yellow), 2014.
3 vidéos HD couleur, son.
260, 245 et 195 secondes.

Ana Vega exploite les codes vivement colorés de l’univers publicitaire pour personnifier des objets et isoler des messages allusifs à l’aide de l’outil numérique. Soucieuse de révéler les artifices de la post-production, elle exploite également des supports très variés de monstration de l’image. Véritable synthèse des préoccupations de l’artiste, la vidéo en trois volets She, tournée en Californie, emprunte au format du clip musical ou du spot publicitaire pour dérouler des micro-récits enlacés où le personnage principal d’un pare-soleil se voit voler la vedette par une Mercedes. Se retrouvent dans cette chorégraphie savamment mise en scène plusieurs types de surfaces-écrans (pare-brise, vitre, affiche, panneau publicitaire…), lesquelles conjuguent transparence et opacité.

Ana Vega (1987) est diplômée de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris (2012) et de l’ENSAAMA – Olivier de Serres à Paris (2008). Elle a également étudié la vidéo au CIEVIC à Buenos Aires. Depuis 2013, elle séjourne régulièrement en Californie dans le cadre de résidences de recherche et de production : Dickerman Prints à San Francisco ; 18th Street Arts Center et Commonwealth & Council à Los Angeles. Elle a participé à l’été 2014 à deux expositions à Los Angeles : Outside crease of elbow à Commonwealth & Council, en duo avec l’artiste Gina Osterloh, et I want to live in Los Angeles/not the one in Los Angeles au Torrance Art Museum, lors de laquelle elle a bénéficié de la publication d’un catalogue aux éditions du Torrance Art Museum. Son travail a été montré à Paris lors de l’exposition collective SUPERNATUREL (commissariat : Neïl Beloufa) à la Fondation Ricard en 2014, puis à la galerie Florence Loewy pour la Collection Joseph Kouli, ainsi qu’au CENTQUATRE dans l’exposition Dépaysements (commissariat : Gunnar Kvaran) en 2013. En juin 2015, elle participera dans le cadre d’une exposition personnelle à la programmation satellite du centre d’art Image/Imatge, ainsi qu’à l’exposition collective Acts of Transmission (commissariat : Sarina Basta) au Palais des Beaux-Arts de Paris.

Crédits et remerciements : William Jame, Designer sonore ; Salopecia, Bande sonore ; Performers : Elisabeth Siedow #blue ; Marina Nesi #blue ; Marie-Victoire Guillot-Sestier #red ; Morgan Moeller Margerin, cascadeur #yellow ; Benjamin Ferrachat, décors #red ; Robin Jiro Margerin, Caméra.
Crédit son #yellow : Psychedellic Furs, Love my way, 1982, Sony Music.
Bourse de Production Les Amis des Beaux-Arts de Paris 2013.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Galerie Houg / Sun CUMMING

Galerie Houg, 22 rue Saint Claude, 75003 Paris.
Tel : 01 42 78 91 71
www.galeriehoug.com

Houg

Sun Cunming
« Box of Life »
2014

Technique : Vidéo HD, couleur, son, sous-titré français, projection.
Durée: 04: 12 min

La Galerie Houg présente la vidéo « Box of Life » d’un jeune artiste chinois, sortant de l’école des Beaux-Arts de Lyon, Sun Cunming. Dans cette vidéo, un  diseur  de  bonne  aventure traditionnel  Chinois  ouvre  sa  boîte magique et prédit l’avenir de l’artiste grâce à un oiseau. « L’apparition des signes se manifeste dans mon travail comme lors d’une conversation de bistrot. Ce moment laconique où l’on prend un verre tout en picorant des cacahouètes parmi les bavards. »
Sun Cunming

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Galerie Maria Lund / Salla Pesonen

Galerie Maria Lund, 48 rue de Turenne, 75003 Paris.
Tel : 01 42 76 00 33
www.marialund.com

siɲ2
Salla Pesonen | siɲ

vidéo | 6:22

Cette œuvre évoque des pensées à propos du passé, du présent et du futur, matérialisées sous forme d’images superposées et de sons. Ces pensées sont vagues, déguisées et s’évanouissent déjà… Leur essence n’est pas dans les détails, mais dans les sensations qui se dégagent de l’ensemble. L’œuvre consiste en trois enregistrements superposés : des cygnes dans la nature, la réflexion du soleil dans l’eau et des détails de plastiques transparents sous une lumière artificielle.
Les images sont accompagnées d’un morceau d’Akira Rabelais ; une composition créée à partir d’enregistrements que l’artiste a découverts et restaurés, dans lesquels on peut entendre des extraits de complaintes traditionnelles islandaises chantées a capella.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Galerie DUBOYS / Frédérique CHAUVEAUX

Galerie Duboys, 6 rue des Coutures Saint-Gervais, 75003 Paris.
Tel: + 33 (0)1 42 74 85 05
www.galerieduboys.com

DuboisLa galerie Duboys présente pour cette 13ème édition des Sunday’s Screening l’artiste vidéaste Frédérique Chauveaux  : Figures, fresque, une vidéo-fresque.

Passagers du temps.
Figures nous revenant du passé.
Deux bustes aux visages impassibles nous regardent.
Dans un lent mouvement de composition/décomposition une fresque prend vie sous nos yeux, puis tout doucement s’effrite, se délite, disparaît.
En filmant les corps et en les animant par divers procédés comme elle sait si bien le faire, Frédérique Chauveaux crée un étrange ballet, la quintessence des choses. Troublant…

Vidéaste expérimentale née et vivant à Paris, Frédérique Chauveaux vient de la danse. Interprète et chorégraphe elle se plait à multiplier les expériences artistiques. Après avoir suivi une formation de danse classique et contemporaine, après avoir dansé pour de nombreuses compagnies, elle fonde la sienne en 1984: Le Pont des Arts. Elle y crée de nombreuses pièces chorégraphiques questionnant pour la plupart le toujours préoccupant rapport à l’Autreamoureux.
En 1998 elle commence à travailler avec la vidéo. Ce medium lui permet de poser un nouveau regard sur le corps qui devient tout naturellement l’objet/sujet principal de ses créations. Depuis lors Frédérique Chauveaux imagine des installations vidéo par lesquelles elle cherche à impliquer physiquement et sensuellement le spectateur en le plaçant au coeur de l’oeuvre. Le corps et son rapport à l’espace ou à l’objet demeure au centre de ses préoccupations. Il est la source à partir de laquelle rayonne l’ensemble de son travail. Frédérique Chauveaux a exposé pour les Nuits Blanches en 2009 et 2010. Elle a reçu commande par Louis Vuitton, en 2010, de l’installation Bon voyage ! exposée au musée Carnavalet. En 2012, elle collabore avec la Maison Martin Margiela pour laquelle elle crée (e)motion field, installation qu’elle a présentée à New York.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

GLEICHAPEL / Vincent BROQUAIRE

Gleichapel, 15 rue Debelleyme, 75003 Paris
Tel : 06 25 39 01 03
www.gleichapel.org

GleichapelVincent Broquaire
HOMO FABER
Cycle des Vidéos

8mn environ, projeté en boucle de 14h à 19h.

A l’occasion des Sunday Screenings, Gleichapel projettera une sélection de vidéos de Vincent Broquaire.  Cette projection poursuit la programmation du cycle vidéo Drawings in Motion organisée par la Gleichapel sous le commissariat de Jeff Gleich et Tristan van der Stegen.
Caractérisé par l’économie de moyens et l’humour, le travail de Vincent Broquaire pousse à son paroxysme l’idée sempiternelle que l’homme peut contrôler la nature par des moyens technologiques.  Sa démonstration est illustrée par de courtes séquences vidéo où l’artiste fait apparaître des hommes qui agissent nonchalamment sur leur environnement par une action simple et précise. En résulte des scènes où le paysage s’altère, la vache distribue du lait UHT, le sapin s’élève par l’action d’une branche… Sous un trait simple, en noir et blanc et en 2D, le meilleur des mondes selon Broquaire crée ainsi la surprise et provoque le rire.
Mais cet univers nous interroge aussi. Quelles sont les utopies de l’homo faber? La nature est-elle vouée à devenir un décor, instrumentalisé à outrance ? Sera-t-elle au service de nos désirs les plus triviaux ? Aux antipodes de l’esprit romantique, Broquaire s’amuse à nous inquiéter (ses effets sonores, en contraste avec le dessin sont très réalistes). C’est là le tour de force de l’artiste qui prolonge l’humour sous forme de question: le monde selon Broquaire est-il bien loin ?

Vincent Broquaire est représenté par Xpo Gallery, Paris et nous leurs remercions le prêt des œuvres pour cette présentation.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Galerie MAUBERT / Collectif TROIKA

Galerie Maubert, 20 rue Saint Gilles, 75003 Paris.
Tel : 01 44 78 01 79
www.galeriemaubert.com

MaubertA l’occasion de l’exposition 26 rue du Départ, la Galerie Maubert présente une œuvre vidéo du collectif Troika, Time only exists so not everything happens at once, installation vidéo, 3’25’’, 2014.

Troika est un trio d’artistes qui travaillent ensemble depuis 2003 après leur rencontre durant leurs études au Royal College of Art. Les travaux de Troika ont été exposés dans de nombreuses institutions, comme : le Zentrum für Kunst und Medientechnologie à Karlsruhe (Allemagne, 2013), le Victoria & Albert Museum à Londres (Angleterre, 2009), le Art Institute de Chicago (USA, 2009), le MoMA à New York (USA, 2008), la Tate Britain à Londres (Angleterre, 2007). On retrouve leurs oeuvres dans les collections permanentes de l’Israël Museum à Jérusalem, du British Council, de l’Art Institute de Chicago, du Victoria & Albert Museum à London et du Museum of Modern Art à New York. En 2014, Troika a été sélectionné pour présenter Dark Matter à Unlimited, Art Basel.